Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu
#CAMPING NUMÉRIQUE

Par alexandre Desliens, mardi 29 août 2017, Western

Quinzaine de création d'un tuto sur la construction d'une éolienne et d'une climatisation

Pendant deux semaines nous avons installé le MKN-VAN à côté du camion de Jean-Charles et Christine, pour réaliser avec eux un tutoriel sur la construction d’une éolienne et d’une climatisation sous le regard bienveillant d'un dragon de feuilles.
L’éolienne est réalisée avec des outils simples dans le camion même de Jean-Charles et Christine. Pour la création des bobines de cuivre, l'association P’tiwatt, association qui veut faciliter l’accès aux énergies renouvelables et qui, entre autres, construit des éoliennes, nous a accueillis durant une journée dans leur atelier.


L'éolienne est principalement constitué de PVC, matériau peu cher et que l'on trouve facilement, dans des déchetteries par exemple. Il faut ici réaliser deux disques de PVC (le rotor et le stator), des pales et un mat. Pour réaliser les deux disques, Jean-Charles a fait chauffer un tube de PVC qu’il a découpé et aplati puis taillé en cercles. Il a ensuite collé les cercles entre eux pour avoir un disque de la hauteur souhaitée. Le rotor (disque dans lequel sont collés 8 aimants et sur lequel sont fixées les pales) doit pouvoir tourner sur la tige filetée, alors que le stator (disque dans lequel sont coulées les 6 bobines de cuivre) doit être fixe. C’est la mise en mouvement du rotor face au stator qui crée un champ électromagnétique à l'origine de la production de courant électrique.


À quel distance place-t-on le disque à aimants de celui des bobines pour produire le courant ? Lorsque Jean-Charles a un doute, il allume sa tablette et cherche des infos sur Youtube. Il se sert des tutos pour confronter ses idées.


L’éolienne se construit en manipulant. Jean-Charles, sculpteur du pvc, découpe des bouts de tuyaux, en assemble d'autres...


Dans le dernier journal : ''# 6 Éventrer la machine'', nous avions fait une recension non exhaustive des outils que Jean-Charles et Christine ont créés ou même détournés. Aujourd'hui, de nouveaux objets ont déjà fait leur apparition, c’est comme cela que Jean-Charles vient à nous expliquer comment il s’est fabriqué une tondeuse à l’aide de lames de cutter et d’un petit moteur.


Jean-Charles a également fabriqué une climatisation dans une glacière électrique, à l’aide d’un peltier, de buses d’aération de voitures et d’un ventilateur. L'air frais produit par le peltier existant et boosté par l'ajout d'un ventilateur, ressort par des buses d'aération de voiture trouvées dans une casse. Voici la nouvelle clim de Jean-Charles, prototype amélioré de la saison passée.


Votre perceuse ne fonctionne plus ? Jean-Charles en profitera pour vous montrer comment la faire fonctionner en direct sur du 12V !


Rituel du soir : coucher de soleil et moment de drague entre le MKN-VAN et le J9 de Jean-Charles et Christine


tag : ateliers camion camions camping numerique habitat leger et mobile hacking ouvrier Makhno mobiles rencontre

Réalisation : Échelle inconnue

MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.